Nouvelles attaques contre l'allocation de garantie de revenu (AGR) - séances d'info !

Déjà rabotée en 2015, l’allocation de garantie de revenu (AGR) est dans le collimateur du gouvernement.

Pour rappel, l’allocation a été attaquée en 2015 quand le gouvernement a décidé d’en revenir à la méthode de calcul pratiquée en 2008, ce qui a diminué le montant de l’allocation. Si le gouvernement mettait en œuvre en 2018 son intention de diminuer l’AGR après deux ans de bénéfice, la perte de revenu serait terrible pour les personnes concernées.

L’AGR est une allocation versée par l’Onem aux personnes qui travaillent involontairement à temps partiel pour compléter et garantir leur revenu. L’appauvrissement est déjà bien là, avec ses conséquences néfastes sur les familles et les enfants, et il se répercutera tout au long de la vie, puisque la diminution du revenu aura des répercussions sur la pension.

Dans la majorité des cas, le travail à temps partiel ne résulte pas d’un choix personnel mais d’une exigence des entreprises.

En effet, il existe de nombreux emplois à temps partiel dans des secteurs tels que la distribution, le nettoyage, le commerce de détail et la transformation alimentaire qui sont des emplois très flexibles et ne permettent pas une gestion régulière du temps. Travail en services interrompus, changements fréquents d’horaire, courtes missions aux périodes de pointe et nombreuses heures complémentaires… sont autant de caractéristiques du travail à temps partiel qui font que ces emplois peuvent difficilement s’envisager à temps plein.

Ces secteurs sont principalement occupés par des femmes. Ainsi, parmi les 50.702 personnes qui perçoivent une AGR, il y a 78% de femmes, dont 51% sont cheffes de ménage.

Pourtant, des outils existent pour transformer le travail à temps partiel en un travail à temps plein. La convention collective de travail (CCT) n°35 donne la priorité aux personnes déjà engagées à temps partiel dans l’entreprise quand un emploi à temps plein se libère. Mais la CCT n’est pas contraignante et beaucoup d’employeurs ne la respectent pas !

C’est dans ce contexte et afin d’informer au maximum des nouvelles mesures qui sont aujourd’hui sur la table du gouvernement que les militantes Femmes de la CSC Mons-La Louvière invitent les bénéficiaires de l’AGR à participer à des séances d’information :

  • le jeudi 23 février 2017 à 18h à la CSC à Mons (Rue Claude de Bettignies, 10-12)
  • le vendredi 24 février 2017 à 18h à la CSC à La Louvière (Place Maugrétout, 17)

Contact : Géraldine Garofalo – Permanente Interprofessionnelle CSC Mons-La Louvière – 0474/05 80 24